Crédit immobilier: taux bas, est-ce toujours le moment d’emprunter?


Alors que les taux d’intérêt des crédits immobiliers restent historiquement bas, la question se pose de savoir si c’est toujours le bon moment pour emprunter. Analysons la situation actuelle et les perspectives à venir en matière de crédit immobilier.

Des taux d’intérêt toujours attractifs

Depuis plusieurs années, les taux d’intérêt des crédits immobiliers sont particulièrement faibles. Selon l’Observatoire Crédit Logement / CSA, le taux moyen des prêts à l’habitat s’établissait à 1,25% en juin 2021, un niveau encore historiquement bas malgré une légère remontée depuis le début de l’année. Les banques continuent donc de proposer des conditions de financement très attractives aux particuliers souhaitant acquérir un bien immobilier ou renégocier leur prêt en cours.

Cette situation s’explique notamment par la politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne (BCE), qui maintient des taux directeurs très faibles pour soutenir l’économie de la zone euro. Les banques peuvent ainsi se refinancer à moindre coût et répercuter ces conditions favorables sur leurs offres de crédit.

Une hausse des prix de l’immobilier qui pèse sur le pouvoir d’achat

Néanmoins, si les taux bas rendent le crédit immobilier plus accessible, ils contribuent également à alimenter la hausse des prix de l’immobilier. En effet, les investisseurs profitent de ces conditions favorables pour réaliser des acquisitions, ce qui accroît la demande et pousse les prix à la hausse. Selon le baromètre LPI-SeLoger, le prix moyen du mètre carré dans l’ancien a progressé de 4,6% sur un an en juin 2021.

Cette hausse des prix pèse sur le pouvoir d’achat immobilier des ménages. D’après une étude menée par Meilleurtaux.com, le nombre de mètres carrés accessibles avec un budget de 200 000 euros s’est réduit de 1,9% en moyenne entre juin 2020 et juin 2021 dans les dix plus grandes villes françaises. Malgré des taux bas, il devient donc plus difficile pour les particuliers d’accéder à la propriété.

Les conditions d’octroi de crédit se resserrent

Par ailleurs, les banques ont été appelées par les autorités régulatrices à renforcer leurs critères d’octroi de crédit pour limiter les risques d’endettement excessif des ménages. Le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) a ainsi émis en décembre 2020 des recommandations visant notamment à plafonner la durée des prêts à 25 ans et le taux d’endettement à 35% des revenus.

Ces mesures ont pour conséquence un resserrement des conditions d’accès au crédit immobilier, en particulier pour les emprunteurs les plus modestes et les primo-accédants. Selon une enquête de la Banque de France, le taux de refus des demandes de crédit immobilier est passé de 5,8% en 2019 à 9,2% en 2020.

Quelles perspectives pour les taux de crédit immobilier ?

Les taux d’intérêt des crédits immobiliers devraient rester bas dans les prochains mois, compte tenu du contexte économique et monétaire. La BCE a récemment confirmé son intention de maintenir une politique accommodante tant que l’inflation ne sera pas stabilisée autour de son objectif de 2%. De plus, la reprise économique post-Covid-19 reste incertaine et pourrait justifier un maintien des taux directeurs à un niveau faible.

Toutefois, il n’est pas exclu que les taux d’intérêt remontent à moyen ou long terme, notamment si l’inflation venait à s’accélérer davantage que prévu. Les emprunteurs doivent donc rester attentifs aux évolutions du marché et anticiper une éventuelle hausse des taux dans leur stratégie d’emprunt.

Est-ce toujours le moment d’emprunter ?

Malgré la hausse des prix de l’immobilier et le resserrement des conditions d’octroi de crédit, les taux bas constituent une opportunité pour ceux qui souhaitent réaliser un projet immobilier ou renégocier leur prêt en cours. Il convient néanmoins d’évaluer attentivement sa capacité d’endettement et de comparer les offres de crédit pour trouver le meilleur compromis entre taux, durée et montant des mensualités.

Les primo-accédants et les ménages modestes peuvent également bénéficier de dispositifs d’aide à l’accession à la propriété, tels que le prêt à taux zéro (PTZ) ou le dispositif Pinel, qui permettent de réduire le coût total de l’emprunt. Enfin, il est important de prendre en compte les évolutions du marché immobilier et des taux d’intérêt dans sa stratégie d’emprunt, afin de saisir les opportunités qui se présentent.

En définitive, malgré un contexte plus complexe, les taux bas demeurent une incitation à emprunter pour réaliser un projet immobilier. Il est cependant essentiel de bien évaluer sa situation financière et les conditions du marché avant de se lancer dans cette démarche.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *